L’énergie radiofréquence et la sécurité

Image décorative d'une famille utilisant des appareils sans fil

Que faut-il savoir à propos de l’énergie radiofréquence et de la sécurité ?

Qu’est-ce que l’énergie radiofréquence (RF) ?

L’énergie RF, qu’on peut aussi appeler « champ RF », « onde RF » ou « émission RF », est une forme d’énergie électromagnétique qui fait partie du spectre électromagnétique. Elle peut être d’origine naturelle ou humaine.

Voici quelques exemples de sources d’énergie électromagnétique naturelles :

Représentation décorative
le champ magnétique de la Terre, qui oriente les boussoles vers le Nord
Représentation décorative
la lumière visible
Représentation décorative
les éclairs

Voici quelques exemples de sources d’énergie électromagnétique d’origine humaine :

Représentation décorative
les appareils électriques comme les fours à micro-ondes
Représentation décorative
les appareils sans fil (téléphones cellulaires, appareils Wi-Fi, appareils Bluetooth)
Représentation décorative
la radio et la télédiffusion commerciales (stations radio AM et FM, télévision)
Description
SourceFréquence approximativeIonisante ou non ionisante
Ligne électrique60 Hertznon ionisante
Radio1 mégahertz
Lecteur d’étiquette14 mégahertz 
Ultrason5 mégahertz
Télévision50 mégahertz
Cellulaire700 mégahertz
Compteur intelligent900 mégahertz
Appareil de surveillance bébé900 mégahertz
Micro-ondes2.4 gigahertz
Wi-Fi5 gigahertz
Télécommande100 térahertz 
Lit de bronzage10 pétahertz
Rayons X1 exahertz ionisante
Rayons gamma1 Zettahertz

Énergie ionisante et non ionisante

Deux formes d’énergie sont représentées dans le spectre électromagnétique : l’énergie non ionisante, et l’énergie ionisante.

Qu’entend-on par énergie non ionisante ?

L’énergie électromagnétique incapable de rompre les liaisons qui retiennent les atomes et les molécules est appelée non ionisante; c’est-à-dire qu’elle ne fractionne pas les liaisons chimiques à l’intérieur des cellules et des tissus organiques. La lumière visible et l’énergie RF utilisées dans la communication sans fil en sont deux exemples.

Qu’entend-on par énergie ionisante ?

Certaines ondes électromagnétiques peuvent avoir assez d’énergie pour rompre les liaisons entre les atomes et les molécules. Les rayons X et les rayons gamma utilisés dans certains traitements médicaux sous la supervision du personnel médical en sont deux exemples.

Spectre électromagnétique

Le spectre électromagnétique, c’est la gamme de fréquences produites par toutes les sources d’énergie électromagnétique. L’illustration montre à quelle gamme de fréquences fonctionne l’équipement commun, de la ligne électrique, en passant par le spectre des radiofréquences jusqu’aux téléphones, aux rayons X et aux rayons gamma.

Pourquoi l’énergie RF est-elle importante ?

Représentation décorative d’une ville branchée

Vous utilisez l’énergie RF dans presque tous les secteurs de votre vie quotidienne. Le matin, les nouvelles vous parviennent au moyen du service sans fil comme la radiodiffusion (radio AM et FM, télévision); le service sans fil vous permet de commander votre café en utilisant votre téléphone cellulaire; le service sans fil vous protège en fournissant la communication pour atteindre les services d’urgence (police, pompiers, ambulance); de plus, le service sans fil vous tient branché grâce aux dispositifs grand public comme le Wi-Fi, les appareils de surveillance bébé et les téléphones sans fil.

L’énergie RF peut-elle affecter la santé ?

Nous associons souvent l’exposition à l’énergie RF aux technologies modernes, par contre l’exposition quotidienne aux champs électromagnétiques n’est pas nouvelle. Les sources humaines de champs électromagnétiques ont augmenté depuis un siècle environ à la suite de percées technologiques et de la communication radio, mais l’énergie électromagnétique naturelle a toujours été présente.

Les chercheurs étudient depuis des décennies les effets de l’énergie RF sur la santé. Selon de nombreuses études internationales sur la question, les effets associés à l’exposition à l’énergie RF varient selon la fréquence. Par exemple, l’exposition aux plages de fréquence les plus élevées peut entraîner une sensation de chaleur, tandis qu’une exposition, à court terme, à des fréquences plus basses peut produire une stimulation nerveuse semblable à une sensation de picotement. Le gouvernement du Canada a fixé des limites d’exposition à l’énergie RF afin de prévenir ces effets.

Comment le gouvernement du Canada me protège-t-il ?

Un enfant utilisant un appareil sans fil

Le gouvernement du Canada s’engage à protéger la santé et la sécurité des Canadiens des risques environnementaux, y compris ceux que présente la surexposition à l’énergie RF.

L’approche canadienne en matière de sécurité pour contrer l’exposition aux radiofréquences est une des approches les plus strictes au monde. Le gouvernement du Canada est à l’affût des recherches et des études scientifiques sur les effets des champs électromagnétiques afin de s’assurer que les limites canadiennes sont conformes au consensus scientifique actuel et prévenir les effets potentiellement néfastes pour la santé.

Rôle de Santé Canada

Les lignes directrices de Santé Canada concernant l’exposition humaine aux radiofréquences de manière sécuritaire, aussi connues sous l’appellation Code de sécurité 6, présentent des limites d’exposition situées bien en deçà des niveaux de tout effet connu et potentiellement néfaste pour la santé. Ces limites sont établies afin de protéger tous les groupes d’âge, y compris les enfants, sur une base continue (24 heures par jour/7 jours semaine). Ce qui revient à dire que si quelqu’un, notamment un jeune enfant, était exposé à l’énergie RF provenant de plusieurs sources pendant une période de 24 heures, et ce, 365 jours par année, cette énergie étant en deçà des limites du Code de sécurité 6, il n’y aurait pas d’effets potentiellement néfastes pour sa santé.

Santé Canada se tient constamment au courant des recherches sur ces aspects, et, au besoin, il révise le Code de sécurité 6 pour s’assurer que ses principes protègent les Canadiens en tout temps. Santé Canada signale que les limites établies par le Canada sont cohérentes avec les normes scientifiques établies ailleurs dans le monde, comme aux États-Unis, dans l’Union européenne, au Japon, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Rôle d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada

Image d'appareils sans fil

Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) a adopté le Code de sécurité 6 de Santé Canada comme étant les limites canadiennes d’exposition aux RF pour les appareils sans fil et leur infrastructure connexe. Le cadre réglementaire actuel d’ISDE, y compris la surveillance du marché et les procédures de vérification et d’application, sont des mesures qui protègent les Canadiens de la surexposition à l’énergie RF pouvant provenir des appareils sans fil et des installations d’antennes.

Tout appareil sans fil doit respecter les limites d’exposition aux radiofréquences en tout temps et être homologué en ce sens avant de pouvoir être vendu au Canada. Toute personne ou entité qui fabrique, importe, distribue, vend ou loue des appareils sans fil au Canada doit être conforme aux règlements d’ISDE.

ISDE mène aussi un programme de surveillance du marché : il vérifie et évalue régulièrement des échantillons d’appareil sans fil en vente au Canada. Ce programme contribue à assurer que les appareils sans fil en vente continuent de respecter les limites canadiennes d’exposition à l’énergie RF.

Les installations d’antennes doivent aussi satisfaire aux exigences à l’égard des limites d’exposition aux RF. ISDE vérifie régulièrement ces installations pour s’assurer qu’elles respectent les limites établies par le Code de sécurité 6.

Quel niveau d’exposition aux radiofréquences considère-t-on sécuritaire ?

Les limites canadiennes
Description

Les limites canadiennes comprennent une marge de sécurité d’ordre 50, au minimum la séparant du seuil à partir duquel il pourrait y avoir des effets néfastes pour la santé.

L’exposition à l’énergie RF se situant au-dessous des limites canadiennes est sécuritaire; ces dernières sont fixées bien au-dessous du seuil (marge de sécurité d’ordre 50, au minimum) de tous les effets néfastes connus et établis pour la santé. Cela est sécuritaire, car Santé Canada a ajouté plusieurs niveaux de précaution aux limites en question. Ces précautions comprennent : un seuil conservateur prévenant les effets potentiels néfastes pour la santé, l’utilisation du pire des scénarios d’exposition, et des marges de sécurité supplémentaires, abstraction faite du seuil.

Les limites canadiennes sont-elles les mêmes pour tous les appareils sans fil et toutes les installations d’antennes ?

Les limites visant l’équipement sans fil, comme les téléphones cellulaires, les appareils sans fil (Wi-Fi) et les autres appareils portatifs grand public diffèrent de celles visant les installations d’antennes.

Les limites visant les appareils sans fil portatifs sont connues sous l’appellation limites localisées. Puisque ces appareils sont utilisés à quelques millimètres du corps ou sur le corps, il en résulte qu’une partie localisée du corps seulement (la tête, le torse ou les membres) est exposée à l’énergie RF.

Les limites visant les installations d’antennes sont dites pour tout le corps. Puisque ces antennes sont habituellement situées à une certaine distance des gens, tout le corps se trouve donc exposé à l’énergie RF. Voilà pourquoi les limites diffèrent.


Appareils sans fil

On distingue deux grandes catégories d’appareils sans fil :

Une personne utilise une tablette et une personne transporte son cellulaire dans sa bourse

les appareils sans fil destinés à être utilisés près du corps
(téléphones cellulaires, tablettes et autres appareils portables sur ou près de soi)

Une personne utilisant un ordinateur

les appareils sans fil destinés à être utilisés loin du corps
(routeurs Wi-Fi, systèmes de surveillance domestiques et compteurs intelligents)

Appareils utilisés près du corps

Qu’est-ce que la stimulation nerveuse ?

La stimulation nerveuse est une sensation de picotement dans le corps humain entraînée par l’exposition à une énergie RF bien au-dessus des limites établies au Canada.

Qu’est-ce que le débit d’absorption spécifique (DAS) ?

Le débit d’absorption spécifique est le débit de l’énergie RF absorbée dans l’organisme (dans un volume de tissu) lorsqu’un appareil sans fil est à proximité. On l’exprime en watts par kilogramme (W/kg). ISDE exige que tous les appareils sans fil vendus au Canada respectent les limites établies du DAS.

Qu’est-ce que la densité de puissance ?

On désigne ainsi la quantité d’énergie électromagnétique dans un espace précis; on l’exprime le plus souvent en watts par mètre carré (W/m2).

On appelle appareils portatifs ou encore, portables sur ou près de soi, les appareils sans fil destinés à être utilisés près du corps. On les met à l’essai par rapport à diverses limites, selon leurs fréquences de fonctionnement, ce qui peut inclure plus d’un type d’évaluation.

Pour en savoir plus sur les limites établies au Canada, veuillez consulter le document Norme 102 applicable au matériel radio (CNR-102) Conformité des appareils de radiocommunication aux limites d’exposition humaine aux radiofréquences (toutes bandes de fréquences), ou le Code de sécurité 6.

Voulez-vous en savoir plus sur le DAS ?

À combien le Canada limite-t-il le DAS ?
Les limites canadiennes du DAS

Les limites canadiennes visant le DAS sont mesurées en fonction du niveau d’absorption à la tête, au torse, et aux membres. Pour en savoir plus sur les limites du DAS, consultez le Code de sécurité 6 ou la Norme 102 applicable au matériel radio (CNR-102).

Les limites canadiennes du DAS visent les différentes parties du corps. La limite du DAS pour la tête et le torse est de 1,6 W/kg pour un gramme de tissu; la limite du DAS pour les membres est de 4 W/kg pour 10 g de tissu.

Les limites du DAS sont-elles les mêmes ailleurs dans le monde ?

Le Canada et les États-Unis ont établi des limites identiques. Cependant, d’autres pays, comme l’Australie et les membres de l’Union européenne, ont adopté les limites recommandées par l’International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection (ICNIRP) (en anglais seulement) [Commission internationale sur la protection contre les radiations non ionisantes] dans ses lignes directrices, lesquelles sont moins strictes.

Comment mesure-t-on le DAS ?

Il faut un système d’évaluation de laboratoire spécialisé pour mesurer adéquatement le DAS.

Laboratoire de mesures du DAS
Description

On y voit un professionnel qualifié en train d’utiliser le système spécialisé dans la prise de mesures d’un laboratoire du DAS; ce système comprend un robot, une sonde, des fantômes et un ordinateur.

Le système d’essais comprend un robot de précision, un appareil de positionnement, une sonde, un capteur, et des logiciels spécialisés ainsi que des « fantômes » (ou cavités). Ces fantômes sont remplis d’un liquide qui reproduit les caractéristiques biologiques du corps humain. Différents fantômes sont utilisés pour déterminer les répercussions sur chaque partie du corps (la tête, le torse et les membres pour lesquels les limites du DAS ont été définies).

Deux configurations sont surtout utilisées pour mesurer le DAS : la tête et le torse. Les procédures de mesure utilisées sont décrites dans les normes techniques d’ISDE qui sont d’ailleurs fondées sur les procédures de mesures reconnues dans le monde entier et adoptées par la plupart des pays. Une version simplifiée des différentes étapes est décrite ci-dessous.

  • L’appareil sans fil est placé directement en contact avec la tête simulée ou à une distance de sécurité (distance de conformité) d’un corps simulé.
  • L’appareil sans fil est configuré pour émettre en continu à puissance maximale.
  • Le robot de précision déplace la sonde dans la tête ou le torse simulé afin de trouver l’endroit contenant l’énergie RF la plus élevée émise par l’appareil.
  • Les données sont recueillies et converties en DAS, c’est-à-dire en W/kg.
  • Les essais sont répétés pour diverses orientations, configurations, fréquences de fonctionnement et technologies utilisées par l’appareil sans fil.
  • La mesure du DAS la plus élevée devient le DAS de l’appareil pour la tête, le torse et les membres.

Il faut de plusieurs semaines à plusieurs mois pour effectuer tous les essais du DAS visant les appareils sans fil de pointe comme le téléphone intelligent.

Un appareil sans fil dont le DAS est plus bas est-il jugé plus sécuritaire ?

Non. Tant que le DAS de l’appareil est inférieur aux limites canadiennes, une valeur plus basse n’indique pas un degré de sécurité plus élevé. La valeur du DAS diffère selon la conception de l’appareil portatif ou de l’appareil portable sur ou près de soi; toutefois, tous ces appareils doivent respecter les limites canadiennes applicables au DAS, limites qui sont considérablement plus basses que tout niveau qui pourrait causer des effets néfastes pour la santé.

Le DAS de l’appareil est-il différent lors de son utilisation ?

Oui. Pendant les essais, les téléphones cellulaires, ou autres appareils sans fil similaires, sont configurés pour émettre à leur puissance maximale pendant toute la durée de l’essai. En utilisation réelle, cependant, les téléphones cellulaires émettent à une puissance bien plus basse, afin de ne pas décharger la pile trop vite et, également, par souci d’optimiser la durée des appels et l’utilisation du réseau. Par conséquent, les niveaux du DAS émis par un téléphone cellulaire en utilisation courante par l’utilisateur sont considérablement plus bas que ceux mesurés pendant les essais en laboratoire.

Comment devrais-je utiliser mon téléphone cellulaire ou autre appareil sans fil ? Et que signifie la « distance de conformité » ?

ISDE exige des fabricants de téléphones cellulaires et d’autres appareils sans fil qu’ils indiquent aux utilisateurs la distance de conformité minimale à respecter entre l’appareil et le corps (torse). Cette distance est habituellement de 0 à 15 mm; elle désigne souvent la distance entre l’appareil et le corps créé par les vêtements ou un étui pour cellulaire. En plus de respecter les exigences du DAS, la distance de conformité permet aussi de mieux capter les signaux étant donné que le cellulaire est tenu loin du corps.

Si on précise une distance de conformité et que l’utilisateur ne la respecte pas, il est possible que le téléphone cellulaire soit utilisé de façon non conforme. Pourtant, cela ne signifie pas qu’il s’agit d’une utilisation non sécuritaire, car les limites intègrent une marge de sécurité d’ordre 50, au minimum. Aussi, les téléphones transmettent à la puissance maximale pendant toute la durée des essais du DAS, ce qui représente le pire des scénarios en termes d’exposition à l’énergie RF.

On peut toujours placer son téléphone cellulaire directement à l’oreille sans tenir compte d’aucune distance de conformité. Cela est possible car l’emplacement de l’antenne du téléphone a été conçu suffisamment loin de la tête pour respecter les limites du DAS et pour permettre au téléphone de fonctionner d’une manière des plus efficace.

Comment puis-je m’assurer de respecter la distance de conformité minimale ?

Vous pouvez utiliser un accessoire recommandé par le fabricant de l’appareil, comme un étui ou une attache de ceinture.

Est-ce que je m’expose à des risques si je place mon téléphone sans fil dans ma poche en oubliant ainsi la distance de conformité recommandée ?

Les vêtements, les attaches de ceinture ou les étuis tiennent lieu de séparation entre l’utilisateur et les appareils sans fil. Il importe toutefois de consulter le guide d’utilisation pour connaître la distance de conformité minimale à respecter. Les normes techniques d’ISDE sur la sécurité des appareils sans fil comptent parmi les plus strictes au monde. Par exemple, pendant les essais, les téléphones cellulaires fonctionnent à la puissance maximale, tandis qu’au quotidien, ils émettent à une puissance bien plus faible. En outre, les limites établies au Canada ont une marge de sécurité d’ordre 50, au minimum en regard du niveau qui pourrait être néfaste pour la santé. Voilà pourquoi les téléphones cellulaires sont toujours considérés sécuritaires lorsqu’ils sont transportés dans la poche.

Comment connaître le DAS et la distance de conformité d’un appareil sans fil ?

Le DAS d’un appareil ainsi que la distance de conformité peuvent être indiqués à plusieurs endroits :

  • dans le guide de l’utilisateur;
  • dans les paramètres de configuration de l’appareil;
  • sur le site Web du fabricant (vous pouvez aussi communiquer directement avec le fabricant);
  • sur le site Web d’ISDE, plus précisément en utilisant l’outil Recherche de matériel radio.

Utiliser l’outil Recherche de matériel radio pour connaître la valeur du DAS ou la distance de conformité

Pour connaître la valeur du DAS ou la distance de conformité de votre téléphone cellulaire, d’un autre appareil portatif ou encore d’un appareil portable sur ou près de soi, entrez le numéro de certification IC dans l’outil Recherche de matériel radio, sur le site Web d’ISDE. Le numéro de certification est un code alphanumérique attribué aux appareils sans fil dont l’utilisation est autorisée au Canada. Il se trouve habituellement :

  • imprimé sur une étiquette ou marqué quelque part sur le boîtier ou derrière le compartiment de la pile de l’appareil;
  • imprimé sur l’emballage du produit;
  • dans les paramètres de configuration de l’appareil sans fil.

Choisissez le numéro de modèle du produit. La valeur du DAS correspondante ou la distance de conformité de votre appareil sans fil certifié s’affichera à la section appropriée, sous la rubrique Résultats de l’exposition humaine aux RF.

Appareils utilisés loin du corps

On n’évalue pas le DAS des appareils comme les routeurs sans fil (Wi-Fi), les appareils de surveillance bébé, les compteurs intelligents, etc., puisqu’ils sont destinés à être utilisés loin du corps (à plus de 20 cm). Les niveaux d’énergie RF produits par ces appareils sont évalués et ensuite comparés aux limites canadiennes.

Dans une salle de classe simulée, ISDE a mené une étude approfondie visant à mesurer l’exposition à l’énergie RF provenant de plusieurs routeurs sans fil et de multiples ordinateurs portatifs. L’étude a confirmé que dans des environnements comme les salles de classe, les bureaux et les espaces privés et publics, les niveaux d’exposition à l’énergie RF émise par ces appareils sans fil étaient considérablement plus bas que les limites canadiennes.

Quelles sont ces limites au Canada ?

Les limites canadiennes visant les appareils à utiliser en les tenant loin du corps sont prescrites par le Code de sécurité 6 de Santé Canada ou la Norme 102 applicable au matériel radio (CNR-102).

Ces limites sont-elles les mêmes partout dans le monde ?

Les limites canadiennes sont comparables aux limites scientifiques établies ailleurs, comme aux États-Unis, dans l’Union européenne, au Japon, en Australie et en Nouvelle-Zélande; elles assurent une protection sécuritaire contre les effets néfastes connus de l’énergie RF.

Que faut-il savoir pour bien utiliser un appareil tenu loin du corps ? Et que signifie l’expression « distance de conformité » ?

ISDE exige des fabricants d’appareils sans fil qu’ils indiquent aux utilisateurs la distance de conformité minimale à respecter entre eux et le produit sans fil.

On trouve habituellement les renseignements sur la distance de conformité :

  • dans le guide de l’utilisateur ;
  • dans les paramètres de configuration de l’appareil ;
  • sur le site Web du fabricant (vous pouvez aussi communiquer directement avec le fabricant) ;
  • sur le site Web d’ISDE, plus précisément en utilisant l’outil Recherche de matériel radio.

Si j’ignore la distance de conformité minimale indiquée dans le guide d’utilisation, suis-je à risque ?

Une personne assise à son bureau
Description

Une personne est assise à son bureau travaillant à l’ordinateur; sur une tablette, à une distance de sécurité d’au moins 20 cm, il y a un routeur.

La distance de conformité recommandée pour la plupart des appareils sans fil est habituellement très petite comparativement à leur emplacement dans la vie réelle. Le fabricant d’un routeur sans fil (Wi-Fi), par exemple, recommande une distance de conformité de quelques centaines de millimètres lors de l’utilisation, mais dans la plupart des domiciles, l’utilisateur se trouve typiquement beaucoup plus loin du routeur.

La distance de conformité des appareils sans fil utilisés loin du corps est établie quand l’appareil fonctionne continuellement à pleine puissance. Par contre, en utilisation quotidienne, ils fonctionnent à une puissance bien plus faible. La distance de conformité est donc établie en fonction du pire scénario d’utilisation; de plus, les limites canadiennes offrent une marge de sécurité d’ordre 50, au minimum par rapport à tous les effets néfastes connus découlant de l’exposition à l’énergie RF. Les appareils sans fil utilisés loin du corps sont donc sécuritaires même si on se trouve plus près que la distance minimale recommandée par le guide d’utilisation.


Tours et installations d’antennes

Représentation décorative d’une ville branchée

Les Canadiens désirent des services de télécommunication plus rapides et plus facilement accessibles afin d’utiliser leurs appareils sans fil de manière plus fiable pour rester en contact avec leurs proches et se tenir au courant de l’actualité. Les entreprises, les services d’urgence et les systèmes de navigation aérienne dépendent aussi en tout temps des services de radiocommunication et des services sans fil. Des percées récentes, comme la technologie 5G, visent à répondre aux demandes actuelles et futures, notamment à la croissance considérable en données et en connectivité de la société moderne, et d’autre part, à l’Internet des objets associé à l’omniprésence d’appareils connectés; puis, finalement, ces percées visent à répondre aussi aux innovations à venir. Tous ces services dépendent de la présence de pylônes et d’antennes placés là où on en a besoin.

Vous pouvez en savoir plus en consultant la page Internet Les faits au sujet des pylônes.

Comment ISDE vous protège-t-il ?

ISDE exige que toutes les installations d’antennes doivent impérativement respecter les limites canadiennes sur l’énergie RF qu’ils émettent à proximité du grand public. En d’autres termes, les installations doivent respecter les règlements et procédures régissant les emplacements d’antennes qui sont établis dans le document CPC-2-0-03, Systèmes d’antennes de radiocommunications et de radiodiffusion, avant qu’une installation soit approuvée. Après l’installation, les exploitants doivent veiller à se conformer aux limites canadiennes en tout temps, ceci étant une condition à l’autorisation d’exploiter leur licence.

Pour s’assurer de leur conformité, ISDE mène plusieurs programmes de vérification des installations d’antennes.

Quelles sont les limites canadiennes applicables aux installations d’antennes ?

Les limites canadiennes

Les limites canadiennes s’appliquant aux installations d’antennes proviennent du Code de sécurité 6.

Les limites canadiennes comprennent une marge de sécurité d’ordre 50, au minimum la séparant du seuil à partir duquel il pourrait y avoir des effets néfastes pour la santé.

Ces limites sont-elles les mêmes partout dans le monde ?

Les limites canadiennes sont comparables aux limites scientifiques établies ailleurs, comme aux États-Unis, dans l’Union européenne, au Japon, en Australie et en Nouvelle-Zélande; elles assurent une protection sécuritaire contre les effets néfastes connus de l’énergie RF.

Comment vérifie-t-on la sécurité des installations d’antennes ?

Pour s’assurer de la conformité réglementaire aux limites canadiennes, et ce, de façon continue, ISDE a élaboré de nombreux outils afin d’aider les exploitants à évaluer leurs sites. En voici quelques-uns :

Des logiciels spécialisés peuvent aussi faire des analyses (prévisions théoriques) de l’énergie RF émise par les installations d’antennes. Les exploitants font ces analyses et les soumettent auprès d’ISDE pour démontrer leur conformité aux limites canadiennes.

Quels sont les facteurs influant sur les niveaux d’exposition à l’énergie RF ?

Plusieurs facteurs déterminent la totalité des radiofréquences auxquelles une personne peut être exposée si elle se trouve près d’une installation d’antennes, mais les deux facteurs les plus importants sont :

  • la puissance;
  • la distance de l’antenne.

La puissance du signal joue un rôle important sur les niveaux d’exposition aux RF générées par une installation d’antennes; plus la puissance de cette dernière est faible, plus les niveaux d’exposition à l’énergie RF le seront aussi.

De surcroît, si on s’éloigne d’une installation d’antennes, l’énergie RF diminue très vite; en d’autres termes, plus on sera loin d’une installation d’antennes, plus les niveaux d’exposition à l’énergie RF seront faibles.

Que dois-je savoir pour m’assurer que l’exposition à l’énergie RF reste sécuritaire à proximité d’une installation d’antennes ?

Certaines installations d’antennes de puissance élevée, habituellement loin des zones habitées ou à des endroits difficiles d’accès, doivent comprendre des panneaux de démarcation et des mesures de contrôle d’accès comme une clôture. Ces mesures de contrôle visent à restreindre l’accès et à informer le public.

Qu'entend-on par petites cellules ?

Les petites cellules sont des installations radio physiquement plus petites qui peuvent compléter les installations radio de plus grande envergure afin d’améliorer la couverture, augmenter la capacité du réseau sans fil, prendre en charge de nouveaux services et soutenir l’expérience de l’utilisateur.

Il existe plusieurs types de petites cellules de puissances variées. Les plus petites, qu’on appelle parfois femtocellules, sont destinées à l’usage intérieur; elles ont une puissance comparable à celle des routeurs Wi-Fi. Les plus grandes sont utilisées à l’extérieur, et consistent habituellement en une petite armoire contenant l’équipement et comprenant de petites antennes. Les plus grandes se retrouvent le plus souvent fixées à des installations existantes comme lampadaires, poteaux d’électricité ou bâtiments.

Les petites cellules doivent respecter les mêmes limites applicables aux autres installations d’antennes.

Représentation décorative d’une ville branchée

Qu'entend-on par la technologie 5G ?

On désigne par « 5G » la cinquième génération de la technologie sans fil ; c’est une avancée marquée par rapport aux réseaux sans fil LTE de 4e génération d’aujourd’hui. La technologie 5G est conçue pour une plus grande transmission de données et une connectivité accrue; son infrastructure permet l’Internet des objets associé à des milliards de dispositifs connectés. La technologie 5G soutiendra les innovations de demain, et ce, dans divers domaines tels que les soins de santé, la sécurité publique, les transports, l’agriculture, et les villes intelligentes. La technologie 5G pourra être exploitée à des fréquences inférieures du spectre (inférieures à 6 GHz) et à des fréquences plus élevées, dites à ondes millimétriques (supérieures à 6 GHz).

Il ne faut pas confondre la 5G et les réseaux sans fil Wi-Fi fonctionnant sur la bande de 5 GHz, car ce sont deux technologies sans fil distinctes.

Une ville et ses multiples réseaux 5G
Description

On y voit une ville et ses multiples réseaux 5G. Représentation de potentiels services grâce aux réseaux 5G, tels que maisons intelligentes, agriculture intelligente, véhicules connectés, télégestion, etc.

Exigences de sécurité à l’égard des RF émises par la 5G

Les limites canadiennes actuelles couvrent déjà les gammes de fréquences qu’utiliseront les appareils et les installations d’antennes de la 5G.

Similaires aux installations et aux appareils sans fil actuels, les produits 5G devront respecter les exigences à l’égard de l’exposition à l’énergie RF avant de pouvoir être vendus au Canada. Les exploitants d’installations d’antennes utilisant la technologie 5G devront continuer à se conformer aux mêmes obligations à l’égard de l’exposition aux RF. En outre, cette conformité restera une continuelle obligation.

Date de modification :